AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 El fuego

Aller en bas 
AuteurMessage
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: El fuego   Mer 7 Nov 2012 - 10:48

Sourire épanoui, prunelles pétillantes. Summer est aujourd'hui le miroir parfait de ce que l'on appelle le bonheur. Pour la première fois depuis qu'elle est arrivée, elle semble heureuse d'être ici et pour cause: elle traîne par la main un gitan tout à fait réveiller.
Radieuse, elle salue chaque personne présente d'un signe de la main ou de la tête avant de s'installer au bar. Tapotant le bois pour attirer l'attention de l'homme au chapeau, elle affiche deux doigts levés et un levé du coude pour commander deux verres. Les gestes sont universels pour un bar et elle ne s'attend pas à ce qu'il ne comprenne pas.

Couvant le manouche d'un regard protecteur, elle se défait de ses vêtements chauds pour laisser paraitre une multitude de jupons multicolores ainsi qu'un châle à longues franges noué sur sa taille fine et un corset noir mettant sa poitrine en valeur. Avisant le morceau de chaise qui apparait entre les cuisses masculines, elle y glisse un de ses pieds pour pouvoir fermer la boucle de son soulier verni qu'elle vient d'échanger contre ses bottes chaudes. Offrande cachée? Peut-être... ou simplement une recherche de praticité... Allez savoir!

En tout cas, pour les habitants, ils ont devant eux une toute autre Summer, loin de la recluse qui s'enfermait dans une chambre avec un demi-zombie, de la jeune femme perpétuellement inquiète et triste qu'ils croisaient brièvement dans les couloirs de la communauté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Jeu 8 Nov 2012 - 23:07

Le turc est installé dans le fond de la salle, une assiette froide dans un coin et un livre ouvert devant lui, il interrompt son écriture dès leur entrée C'est un beau spectacle qui s'offre à lui.
Déjà ce merveilleux sourire, contagieux, de ceux qui vous réchauffent et vous donnent envie de les transmettre.
Aslan y répond autant que possible, agréablement surpris. Alors il pose son stylo un moment, les regardant tous les deux dans le petit bonheur simple du spectateur. Elle est là, l'Eve, l'Aphrodite, dans son costume d'apparats, ses froufrous colorés et chatoyants, offertes tout à lui, telle la reine de Saba. Ils sont beaux tous les deux.
L'homme reprend son stylo.



Dernière édition par Aslan Öztürk le Ven 9 Nov 2012 - 0:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JosephPorta
L'Tenancier
avatar

Messages : 82
Date d'inscription : 20/06/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Jeu 8 Nov 2012 - 23:48

Dégustant un sandwich, Porta est à côté du four quand les deux nouvelles têtes arrivent et la saluent, soulevant son haut de forme en guise de salut, il note les gestes de la femme et se dirige derrière le bar pour leur servir d'une seul main, deux verres et deux bières brunes.

Tout en mangeant son sandwich, il profite de la vue qu'offre la jeune femme, et ce n'est qu'une fois son casse croute disparu qu'il prend la parole:

- Bonjour Mad'moiselle, m'sieur! J'crois qu'on s'connait pas encore? Caporal-Chef Porta pour m'présenter!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Ven 9 Nov 2012 - 9:44

Le beau sourire que lui envoie Aslan n'échappe pas aux iris observateurs de la petite gitane. D'ailleurs, un petit clin d'oeil malicieux y répond aussitôt mais elle n'a guère le temps d'en faire plus, bientôt interrompue par l'arrivée du maitre des lieux.

Deux verres sont diligemment posés devant eux ainsi que deux bouteilles. Finissant de boucler ses chaussures vernies sur ses chevilles, elle cache ses dernières d'un mouvement de jupons né de l'habitude. Porta ne semble pas la reconnaitre. Il fallait dire aussi qu'il ne l'avait vu qu'une seule fois et très rapidement: lors de leur arrivée.
Versant la bière dans leurs verres, elle lui adressa un de ses plus beaux sourires avant de prendre une gorgée de mousse. C'était bon même si elle préférai les boissons un peu plus corsées. C'était bien un de ses problèmes. Elle ne pouvait jamais commander ce qu'elle aimait. Elle en avait fait son deuil depuis bien longtemps.

Après avoir fait claquer sa langue contre son palais, elle déposa un baiser sur la joue du manouche et l'abandonna au bar. Après tout, ne lui avait-il pas dit qu'il voulait parler aux autres?
Chaloupant entre les tables, elle arriva enfin au fond de la taverne et entreprit de déménager quelques tables et chaises afin de créer un espace un peu plus ouvert, dérangeant sans doute Aslan dans sa tranquillité au passage. Consciente de le déranger, elle lui offrit à nouveau un de ses sourires mais ne lui donnant aucune explication sur ses faits et gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Sam 10 Nov 2012 - 22:05

Le turc fait rouler lentement son stylo sur une piste de papier, déployant une écriture très calligraphique.

*HHHUUUUUUIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!*

La première table glisse sur le sol.
Le son atteint rapidement l'oreille interne, l'information grimpe au cerveau, perturbe les messages transmis au centre nerveux, son bras part, et là... C'est le drame.
Une ligne digne d'un Picasso atteint d'Alzheimer, Aslan découvre sur son cahier une drôle de ligne, une ligne New Age, so green, tellement contemporaine, entre dadaïsme et appareil de sismographie.

*HHHUUUUUUIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!*

Il relève la tête, le sourcil aussi, il regarde avec étonnement cette petite déménageuse suractive, semblant jouer à Tétris avec les tables du réfectoire. Un sourire gêné, une main se frottant la nuque, il se demande bien ce qu'il se passe, mais il laisse faire, sans poser de question.

Les déplacements continuent, alors l'homme referme finalement son livre et se lève de derrière sa table. Mains dans les poches, les yeux toujours écarquillés, il se sent le devoir de proposer son aide.


"J'peux vous filer la main, p't-être ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Dim 11 Nov 2012 - 18:47

Levant les yeux de la table qu'elle était entrain d'essayer de pousser sur le côté, la petite muette se redressa et observa l'homme étonné. D'un air critique, elle l'observa de la tête aux pieds avant d’acquiescer de la tête.
Lui désignant l'autre bout de la table, elle l'attendit avant d’entamer le mouvement repoussoir. Après tout, il avait l'air assez vif et assez costaud pour l'aider.

Une puis deux et enfin trois tables furent vite déménagées avec leurs quatre bras. Les mains sur ses hanches, voilà Summer entrain de sourire à l'espace dégagé. Cela allait faire l'affaire!
Mû par un mouvement joyeux, elle se hissa sur la pointe de ses pieds pour coller un baiser sur la joue du Turc avant de s'enfuit vers le bar et le manouche restant.
Arrivée, elle attrapa son verre de bière et la but avidement. Déplacer tout ce mobilier donnait soif. Le récipient claqua sur le bois du zinc avant qu'elle ne se serre contre le gitan.

Encore un aller pour se retrouver au centre du nouvel espace de la taverne. Fouillant dans son châle serré sur ses hanches, elle en sortit une paire de castagnettes et se mit à jouer un petit air andalous et surtout entrainant.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amour

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/10/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Lun 12 Nov 2012 - 16:39

"Un schmitt ? Haha, j'pensais pas arriver dans un rade de schmitt avec toutes ces trognes basanées. Moi, c'est l'Amour. Avec un maousse A. Celui qui a bigrement soif tant qu'il a trop roupaillonné. On boit quoi chez les schmitts ?"

Sa figure reste grise et ses cernes violacées, mais on sent la vie qui pulse peu à peu sous la peau, en dépit de la lassitude et de l'engourdissement de ses gestes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Mer 14 Nov 2012 - 17:25

L'homme est une bonne pâte et accueille ce charmant remerciement d'un petit sourire discret et néanmoins gêné. La mission accomplie et voyant filer sa camarade de manoeuvre vers le bar, il décide de s'y agglutiner lui aussi, regardant derrière le comptoir ce qu'il pourrait bien demander à Joseph.

Puis vient ce petit air andalou...
La boisson attendra bien, alors il se retourne.

Le spectacle ne tarde pas à le rendre rêveur, parfois frémissant, parfois comme en transe, les yeux dans le vague.
Cela fasait si longtemps... Si longtemps...

Il ne voit pas qu'une gitane habile et maniérée, jouant de ses petites percussions nerveuses et rapides, il voit des rideaux de velours rouge, des scènes sous projecteurs, des écrans de cinéma, des rangs entiers combles de spectateurs. Il revoit ces orchestres au complet, ces chefs d'orchestre remuants, ces groupes frénétiques devant des montagnes d'ampli, ce pianiste dans ce restaurant berlinois, ces joueurs de oud dans les cafés d'Istambul, ces jongleurs de rue, ces cirques ambulants... Tant de choses qui n'existent plus et qui ne se transmettent plus, à jamais disparues.

Ses pensées courent et se perdent. Et quelqu'un lui manque...
Il se met à désirer la présence de Kate, car il aimerait qu'elle soit là, qu'ils puissent vivre enfin ce genre de choses à deux, ce genre de choses si simples et pourtant si essentielles. Il aimerait partager ce moment, terriblement.
Il pense à Kate donc, toujours bercé par la musique qui le rend pour le moins introspectif.

Et en parlant d'amour, en voilà un drôle d'Amour, un Amour qui le sort de son monde imaginaire et beaucoup trop perturbé.


"Il est plus gens d'armes que gendarmes en fait.
Y'a pas d'alcootests sous le comptoir, rassure-toi.
Moi, c'est Aslan, avec un grand A aussi.
Et Aslan il va prendre une brune.
Y'a un peu tout ce que tu veux ou presque, sauf du vin parce qu'on connait plus les bonnes choses de nos jours...
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Amour

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 25/10/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Mar 27 Nov 2012 - 1:41

"Aboule, je prends tout. Partons pour la "noeudlogie" du torboyal. Remplis mes paluches et les tiennes. Viens à la tablée, là. Dos vers l'Est et la scène, aussi. J'dois pouvoir la mater à l'envi, moi. Ton décolleté sera sauf pour ce soir tant qu'elle dansera."

Déblatérant, il prend à la volée deux bouteilles (ou peut être trois ? Il va si vite) et migre derechef vers une table. Se posant face à la piste de danse improvisée, il s'assure le spectacle. Le voilà déjà qui remplit deux verres, et le second n'est sans doute pas pour Aslan à voir le regard qu'il a glué sur ses jupons.

"Raconte un peu l'histoire de ta vergne, le perse. Quel trafic-affaire pour des gens comme nous."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: El fuego   Jeu 29 Nov 2012 - 9:00

Les bouts de bois s'entrechoquent parfois vifs, parfois plus doux mais toujours suivant un rythme précis. Une invitation? Retenir l'attention des futurs spectateurs? Peut-être... peut-être pas. Tout dépend de l'humeur de chacun.

Quoiqu'il en soit le plaisir personnel des deux hommes n'échappe nullement à la petite Andalouse. Un sourire en coin s'affiche alors sur ses lèvres pleines alors que le manouche s'installe confortablement. Il veut la voir danser. Cela faisait si longtemps qu'elle ne l'avait pas fait pour lui... Souvenirs de quelques nuits sur le sable chaud d'un campement sudiste. Bonnie avait pris la place de la roue juste pour quelques lunes, le temps de la reconnaissance et des promesses non dites.

Fugitivement le rythme change alors, se fait d'abord plus lascif, plus doux à l'image d'une caresse sur la joue d'un amoureux avant de cesser. Les castagnettes sont vivement rangées dans le châle qui serre farouchement la taille fine. Des claquements de paumes les remplacent alors que la silhouette se fait beaucoup plus arrogante, plus farouche. La danseuse s'affirme alors que ses bras se font sinueux, l'entourant de farandoles gracieuses, sublimant ses courbes féminines. Les talons claquent sur le sol. Le tonnerre gronde, libérant enfin les jupons qui s'envolent dans un spectacle multicolore. Image parfaite de la fierté de son peuple nomade, elle avance juste un peu avant de reculer d’arrachepied, tournoie avant que quelqu'un puisse l'attraper. Encore une invitation à venir la rejoindre, de venir s'enivrer auprès d'elle? Peut-être... ou un défi alors? Oui, oui, un défi. Qui sera assez téméraire pour venir la capturer et la dompter. Séductrice, elle fait voler ses jupons un peu plus haut, les faisant ailes de papillons ou ailes de fée avant de montrer les griffes par quelques coups de talons vindicatifs. Sourire en coin, petit menton avancé, tout y est. Petite chatte arrogante et sauvage et pourtant, l'instant d'après, elle est si douce, si langoureuse qu'on a du mal à croire qu'il est si difficile de l'avoir pour soi. Il n'y a qu'à tendre la main pour qu'elle vienne se lover contre soi. Soudain, elle s'éloigne à nouveau, virevoltante, entourée de ses couleurs.
Mais que cherche-t-elle ainsi avec son flamenco hispanique? A mettre le feu au bar... ou dans le cœur des hommes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: El fuego   

Revenir en haut Aller en bas
 
El fuego
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre de Canaan, version Fract :: Partie Privée :: Zone urbaine :: La Taverne-
Sauter vers: