AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia

Aller en bas 
AuteurMessage
Katie Toole
L'Aventurière
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 12/09/2012

MessageSujet: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 12:31

Kathleen mange devant Aslan, picorant avec langueur quelques rafraichissements. Elle s'amuse avec leurs pieds.
Tout le monde est concentré sur son assiette, taille le bout de gras, bref, la vie.
Kate observe d'un air distrait quelques nouveaux arrivants. Son oeil virevolte aussi sur les ceintures ou les équipements remisés dans un coin de l'auberge. Poussant sa fourchette dans son assiette, et balançant en l'air ces paroles:


Si y'a bien un truc qui m'titille les tétés, c'est quand qu'on dit des trucs conconvaincu dans la paperasse, et qu'sur l'terrain, qu'c'est pas du tout ça.

Tiens, les guns, par exemp'.

Vous vous souv'nez t'y pas de comment qu'j'vous avais un peu bâché, à c'sujet, sur les fréquences publiques, quand j'étais pas encore dans l'bourg ? J'suis pas cont', parce que j'ai dans l'idée qu'c'est les gens qui tuent les gens, pas les flingues.

Mais alors qu'j'suis assise là, sans autre arme de destruction massive qu'ma divine silhouette de guêpon -taille de guêpe, cul d'bourdon- et ma fourchette, kek' j'vois ? Ouat' mille clampins avec des flingues à la ceinture, dans l'dos, sur des rateliers pas loin, et p'tête bien dans l'slip. Et j'parle pas seulement des mecs là bas, mais aussi d'certains mecs d'chez nous. Et des mecs de la défense. Donc j'pige pas trop.
J'suis même têt'ben la seule tronche qui trimballe pas un arc et un carquois partout ! C'quand même un comble...

Un instant de silence. C'est le genre de truc qui peut faire avaler de travers:

Le rêve d'Asafa, au fond, il est dans les chiottes, là...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Grey

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 05/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 12:48

Vous n'êtes pas la seule, miss Toole... Enfin, je garde bien mon arc à portée de main lorsque je vais en montagne, mais j'en ai ôté la corde... il... il m'aide parfois à grimper les pentes un peu raide.

Du coup, je ne saurais dire si on peu toujours appeller cela un arc... Mais bref...

Pour ce qui est des armes, j'avoue ne pas avoir remarqué, il faut dire que nous autre de la fratrie du bord de mer, on a tendance à pas trop ce mélanger avec les gens du bourg *elle rit*... Du coup, on est un peu comme la résistance!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 13:25

Le repas. Moment convial. Ou au minimun, réunion hebdomadaire sans protocole. On parle toujours mieux avec une assiete bien remplie. Il parait. Et là, un petit sujet brulant.

C'est une question délicate, c'est sur.

Entre deux propos, il boit une rasade d'eau.


Certains d'entre nous ont des armes à feu. Des pétoires qui fument, qui bruissent. Sont pas nombreux mais on les a toléré. Tiennent du souvenir d'un passé, m'voyez ? Je suis sur que Shneider a du avoir le sien que je devais encore vivre dans un bunker. Lui dire, on va la demonter et jeter les pièces, j'comprend qu'il tique un peu.

Par cont', les seuls qui ont le droit de se balader arc à la ceinture dans la ville, c'est les gens d'la défense. C'la majorité des gens, cause on a une population limitée. Alors si un gars se balade armé, il a pas le droit. On le dit clairement aux gens qui rentrent, vos armes elles restent dans vos chambres, dans un coff're dont vous avez la clé.

Les confisquer, ça ferait trop d'mefiance, j'pense. Donc si vous croisez un type qui se balade armé et qui se la joue, faut prevenir un gars d'la defense, et on règle l'affaire civilement.

[Quant à faire desequiper, faut avouer que le GP est trop rigique.]

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Sasha Grey

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 05/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 13:40

[déséquiper, c'est bien ce que j'avais cru comprendre de la chose, d'ailleur ça fait longtemps que je l'ai appliqué à ma propre personne. Aprés que des groupes guerriers refusent de s'en départir, je comprend d'un point de vue rp comme gp, mais peut être dans ce cas créer une genre de zone "militarisée" située en dehors de la ville (rp et gp parlant), ou tout simplement leur refuser l'entrée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 14:05

[On avait fini par avoir le compromis suivant: Interdiction de se balader avec en rp, mais ig toleré, car il y a trop de facilité de descendre un groupe dans ces conditions, et de soucis de reactivé. Alors que Rp la realité est tout autre. L'important etant d'eviter des rp de type "je te menace d'un flingue dans l'auberge". Et assimilé.
Je pense que le quartier "militarisé" est une bonne idée, le quartier communautaire étant autorisé que désarmé. Mais c'est sa matérialisation qui pose question.]

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 14:34

Manger. Encore une épreuve.
Joue contre une main, elle joue avec sa nourriture plutôt que de l'avaler à bons coups de fourchette. Alors, lorsque la rouquine fait son petit show sur la présence des armes, elle en profite pour s'en désintéresser complétement.

Coup d'oeil vers le groupe de mercenaire. Un autre vers les gardes qui s'attarde un peu plus que prévu sur le rêveur. S'en rendant compte, elle se détourne vivement et fait mine d'écouter attentivement les protagonistes.
Anton n'avait pas tord. On ne pouvait pas enlever les joujous des gens comme ça. D'ailleurs, même elle, avait installé son coupe coupe sous le bar pour le cas où. Oh, elle n'était pas dupe quand à ses capacités martiales mais cela pouvait peut-être faire pencher la balance... Et puis un manouche avait toujours une lame sur lui! C'était culturel! D'ailleurs, cela lui faisait penser qu'elle devrait peut être demandé à quelqu'un de lui donner quelques conseils...

Posant sa main sur le bras d'Anton, assis à côté d'elle, elle lui offrit un vrai sourire et lui remplit son verre d'eau fraîche dont elle avait le secret, marquant ainsi au passage son approbation.
Avec grâce, elle se leva de table et fit le tour des verres de tout le monde avec sa cruche en terre cuite.
Posant une main sur l'épaule d'Aslan, elle remplit également celui de Kate et daigna lui sourire également. Etait-ce un message?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Ven 18 Jan 2013 - 17:24

L'homme repoussa son assiette, comme si l'appétit lui avait été coupé soudainement. La question n'était pas tabou, non, mais elle le fit entrer dans une position introspective, regardant l'eau de son verre comme on inspecte une boule de cristal, absorbé par un autre monde, celui de la mort et du passé, celui du regret et des souvenirs.
Il écoutait néanmoins, imprimant chaque phrase dans une sorte de file d'attente, chacune s'intégrant progressivement dans le trafic routier de son univers imagé.

Il attendra un long moment avant de s'exprimer, attendant l'accalmie, le petit silence qui lui permettrait de s'exprimer pleinement, abandonnant jusqu'à la conscience de son propre corps, sentant à peine le poids de Summer sur ses épaules jusqu'à ce qu'il sorte de ses pensées.

C'était sans doute maintenant le bon moment.


"Asafa rêvait d'une ville ouverte, d'une ville sans armes et sans groupe de défense, c'est vrai.
Asafa, c'était le type le plus courageux d'entre-nous, notre étendard, notre conscience à tous, une part de notre sagesse, assurément... Mais Asafa devait aussi confronter son rêve à ceux des autres...

Iskenderia a toujours été un projet commun, une convergence, car lorsque nous nous faisions encore appeler les Yeniçeri, les janissaires, la situation politique était encore très instable... Et on peut pas dire que la sécurité dans la région était encore vraiment assurée. Nous avons longuement débattu, vous savez ? Longuement.

J'ai toujours eu beaucoup d'affection pour lui, et nous étions souvent d'accord sur le fond, mais rarement dans la forme. Et ma première préoccupation a toujours été l'intérêt général, l'intérêt des miens, leur sécurité.
Nous ne sommes pas des soldats professionnels. Certains d'entre-nous ont été appelés comme beaucoup, mais nous avions tous une vie civile avant, voyez ? Nous n'avons jamais vraiment choisi de porter les armes, nous méprisons la violence, mais nous n'étions pas forgés comme lui, à la position du sacrifice, à l'attitude christique comme vous diriez...

Voyez nos armes comme l'instrument de notre combat pour la vie, le symbole de notre goût pour elle, la défense de sa valeur. Nous avons choisi de porter les armes pour permettre à ceux qui ne souhaitaient pas s'en parer de pouvoir le faire. Nous sommes là pour prôner la paix, certes, mais aussi pour défendre notre temple, notre petit sanctuaire, pour un autre sacrifice, tout bonnement.
"

Le Turc sourit en regardant Sacha quelques secondes, il poursuit.

"Le principal apport des janissaires, et maintenant de toute la garde, il est là. Il n'est ni dans les chameaux, ni dans le blé porté par les Samaritains... Ne vous étonnez donc pas si je joue aux sergents instructeurs... C'est pas vraiment un rôle, c'est plutôt un devoir, une promesse que je m'étais faite. Nous ne souhaitions pas nous désarmer, mais nous pouvions choisir de quelle manière utiliser ces armes. Il faut bien une milice dans un village, c'est malheureux, mais c'est comme ça, parce que le schéma de l'attaquant est simple, savez ? C'est une question de coût et d'intérêt. Il faut posséder le moins possible et coûter aux assaillants.

Le projet Iskenderia à la base, c'était ça. Un compromis, dans le sens noble du terme, une promesse commune, de pouvoir discuter de tout, quels que soient nos différents, nos individualités à tous et de trouver ce terrain d'entente, ce lieu où se rencontrer, cette idée de vaincre la pluralité par la tolérance...
Et outre Asafa, outre les Yeniçeri, d'autres énergies s'ajoutaient au projet... On a pris le temps d'en parler...

Et puis vint un autre problème plus tard : le regard de l'extérieur, l'effet de modeste dissuasion qu'on pourrait avoir sur lui, il fallait bien donner à ce projet le plus de chances possibles... La région choisie n'y est pas étrangère, comme l'apport marchand qu'on souhait lui donner avec Anton et qui nous a valu d'âpres négociations à Santa Mierda.

Bref, ce n'fût pas simple, mais nous sommes venus aux conclusions qu'il fallait distinguer les armes à poudre noire des armes à feu modernes, tout en s'engageant devant le désert à ne jamais en produire.

Actuellement, les armes à poudre noires sont tolérées pour les citoyens, mais elles ne seront jamais répliquées. Les nomades, eux, ils peuvent porter ce qui leurs chante, à condition de laisser le flingue à l'intérieur de la chambre.

Après rien n'est figé, discutons-en...
Je souhaitais ouvrir une armurerie un temps. J'ai abandonné l'idée faute d'employé, mais ça peut toujours se faire. Quant aux vieilles pétoires de nos camarades, tout ceci n'est que temporaire. Il se pourrait bien qu'on les remplace un jour. Ce sera plus vintage, plus archaïque, mais pas pour autant moins efficace...
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Toole
L'Aventurière
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 12/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 2:18

Katie lève les mains en l'air, comme prise en otage.

Non mais rien à fout', hin !

J'me pose juste des questions de qui k'a l'droit et d'qui k'a pas l'droit. Et qu'évidemment, c'est trop nébuleux pour qu'on en sache rien du tout, sauf que que les vieux en ont l'droit. Ben oui, qu'ça m'parait évident, pour faire du neuf, faut faire du vieux !


Et tac, prends toi ça dans la face, vieux pragmatique raisonnable de mes deux. C'est succinct , mais ça veut tout dire. Elle écoute Aslan, avec une béatitude gâchée par le geste de Summer. Celle là commence à prendre ses aises. Elle lui renvoie un sourire on ne peut plus écarté:

Ah merci bien Chavrou. ...ça fait rouiller, c't'histoire, m'enfin bon.

Par cont', si t'es pineco avec mon mec, va vite falloir qu'on soit pineco.
Sinon ça va mal se met'.


Elle replonge dans son assiette, titillant toujours du bout du pied son compagnon. Elle fronce un peu les sourcils, alors qu'elle joue avec les condiments.

Y'a des trucs qui s'font pas, quand on s'connait pas. Tu l'sais très bien. Alors t'évite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 9:48

Surprise par autant d’agressivité, Summer se redressa d'un coup, fronçant elle aussi ses sourcils. Quelle mouche avait-elle piqué la rouquine? Eviter quoi? Et puis sinon quoi? J'te casse la gueule à la récrée?
Qu'avait-elle fait pour mériter une telle mise en garde?
Le regard bleu glisse sur l'épaule d'Aslan qu'elle tient toujours. Etait-ce pour cela? Une simple main sur une épaule. Un sourcil se hausse alors.
Non mais elle la prenait pour qui? Pour quoi? Une Marie couche toi là?
D'un mouvement de poignet souple, elle lui envoya toute l'eau de sa cruche en pleine figure. Cela lui rafraîchira peut-être les idées!
D'un mouvement tournoyant de jupon, elle s'éloigna vers le bar, aussi dignement que possible pour démentir les quelques larmes qui coulaient maintenant sur ses joues.
Elle qui pensait être acceptée dans cette ville! C'était apparemment raté! Ces gadjis étaient bien toutes les mêmes! Adieux tous ses rêves d'appartenances, de solidarité.
Si une simple main sur une épaule faisait trembler tout le monde, elle ferait mieux de partir, de se terrer comme elle l'avait toujours fait. C'était bien une erreur que de se mêler à ces gens!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Toole
L'Aventurière
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 12/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 12:45

Aux grands "mots" les grands remèdes ?

La jalousie est un vilain défaut que l'on n'efface pas d'une giclée d'eau.

La solitude comme une couverture sale sur le dos. Il faut la laver plusieurs fois, à température très élevée. C'est poisseux. Viscéral. C'est votre seconde peau. Votre double. Bienheureuse Katie, 29 ans, plus toutes ses véritables dents, et des exploits au compteur, qui recouvre la petite Kathleen, misérable enfant impuissante dont les quenottes de lait poussent encore, esclave de l'arbitraire sordide.
Et puis la peur. La peur que vous pourrez toujours cacher. La peur que vous ne connaissez peut être pas, mais qui est bien là, quelque part. La peur de perdre la seule chose importante à vos yeux. Ce n'est pas du matériel. Ce n'est même pas votre morceau de coton humanisé, traité comme de la chair, gorgé de votre salive. C'est un autre être humain. Avec son cortège de sentiments prisons, pas forcément amoureux. Kathleen en a perdu deux. Elle n'a pas envie de perdre le troisième. Katie s'en fout royalement. L'univers est immense. Le reste du peuple est pitoyablement con, ici ne sera jamais chez elle, car chez elle est son égo.

On ne touche les gens que pour dire bonjour, parfois. On peut le faire avec entrain, ou méfiance. Le principal étant le contact éphémère de la peau, pour échanger vos identités. Pour délimiter, paradoxalement. Voici mon corps, voici le tien. On peut toucher les gens pour blaguer, à la limite. Et encore. Pour les gens drapés dans les couvertures poisseuses, aussi affables ou cool qu'ils puissent paraître, toucher plus intimement quelqu'un, même au titre d'une anecdote ou d'un réflexe, vaut bien plus de significations que le langage.

L'être humain est fondamentalement violent. Les caractères pacifistes résultent de mutations, ou d'obligation. Asafa lui même n'était surement pas le petit Jésus. Il a fallu se tricoter une couverture propre, pour recouvrir la sale. Mais ne croyez pas l'égarer en chemin, même volontairement. Elle restera là, accrochée à vos globules rouges.
Se bagarrer à la récré.
Tout à fait.
Et te crever les yeux avec les ongles, s'il le faut.
Juste comme ça.
Pour voir.
Pour dire: "ça, à moi. Touche z'y pas."; femelle étrangère.

*

Katie n'explose pas de colère, et ne renvoit pas la balle.
Elle ferme les yeux au moment du choc. Et reprend ses couverts, pour finir son assiette, comme si de rien n'était.
Elle va surement se prendre un sermon lénifiant par Aslan, en privé. S'il ose. Qu'il est lancé. Car "moi pas contrarier chose à moi" fonctionne aussi très bien, d'un autre côté.
Chavrou. Summer. Aucune empathie pour la jeune veuve. La gitane lui est toujours apparue comme une comédienne, un faux, une impudique. Une fausse mystérieuse, qui fera tout pour qu'on remarque sa présence, à n'importe quel moment, et n'importe où.
Katie est une exagération, un être plein de superficialités, une m'as-tu-vu, mais c'est son contraire. Nul besoin de se sentir intégrée. Kathleen a abandonné sa famille, il y a longtemps. Le communautarisme coule dans les veines de Summer. Quand deux mondes se croisent, cela n'aboutit pas forcément sur le métissage.

La situation est même ironique, quand on y pense: la gadji traîne-savate, rebelle, faisant partie mais se moquant de la société, n'essayant que rarement d'être perçu comme autre chose qu'un parasite artistique "improductif", s'ouvrant à peine à l'être aimé, la seule chose qu'elle possède et qu'elle veut sans doute posséder, la seule chose qui détermine certainement sa présence ici, autrement libre comme l'air, asociale au possible sous couvert d'un caractère exubérant et jovial, contre la manouche qui de jour en jour essaye de ressembler à une véritable paysanne, avec ses chèvres, et son violent besoin de communiquer et de s'intégrer parmi les étrangers, sous les traits surjoués de la différence, s'emboîtant parfaitement avec son handicap, tout aussi rempli de contradictions philosophiques...



Sans devoir réfléchir, ce qui est notable, c'est la fuite de l'adversaire. C'est la femelle adverse qui s'en va les oreilles basses, après un jappement innofensif. Naturelle, Kathleen ne ressent pas une quelconque honte.

C'est plutôt une victoire, en fait. Le message est passé, peut importe qu'il soit déformé par d'autres considérations.

Oui, définitivement, ça, c'est à elle, c'est ce qu'elle a de plus précieux, et tu n'y touches pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sasha Grey

avatar

Messages : 114
Date d'inscription : 05/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 13:37

Vraiment très intéressantes ces petites discutions autour d’un bol de gruau, et ce même lorsqu’on touche à peine au gruau en question. Elle se demande comment ce seraient passée les choses si la gitane sans langue en avait eu une pour s’exprimer, aurait elle tout de même jeter cette opprobre liquide a la frimousse de la possessive miss Toole ? Ou le dialogue ce serait il engagé entre les deux donzelles, âpre, plein de cris et de mots hauts perchés ?

Elle se demande si les contacts prolongés que Summer se plait bien souvent à administrer aux autres, et particulièrement aux hommes, ont une signification particulière pour elle ? Si cela lui viens de son éducation, de son peuple, de son mutisme forcé?

N’est-ce là rien qu’un « je te donne un peu de chaleur pour te témoigner mon affection »… Ou plutôt un « Ohé, je suis là, j’existe ! »…

Sasha ne saurait vraiment le dire, même si elle ne peut s’empêcher de remarquer que la dame des routes, bien qu’en pointillé, est souvent au plus gros.

Elle se morigène intérieurement de ses errements, cela ne la regarde en rien, et elle chasse cette résurgence de son passé de petite psy à la noix.

Elle s’oblige à reprendre une ultime cuillérée de sa soupe, se dirige vers un point d’eau histoire de nettoyer son bol, salue discrètement l’assemblée, puis s’éclipse…

Il est temps de rentrer, avant que la nuit ne soit au plus noir, et que la sente descendant à la mer ne soit au plus périlleux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 14:52

Le Turc pressent immédiatement ce qui se passe. Nul besoin d'être devin, nul besoin de prêter attention aux mots ou aux regards, c'est un instinct plus primaire, plus reptilien. Et puis faut dire qu'il sent suffisamment les ongles de Summer se crisper sur son épaule et s'enfoncer dans le creux de sa chair.

"Aïe-euh..."

L'intellect d'homo sapiens s'arrête ici, il a le génie de l'analyse, mais pas celui de la réaction, il sent la merde, mais c'est trop tard... Un peu comme le chat changeant subitement de direction sous les roues d'une voiture, oui...

La carafe part et Aslan reste bouche bée.
Il n'ose plus élever la voix depuis sa dernière expérience, et il est bien emmerdé.
Entre hommes, on hausse le ton, on se cogne si nécessaire et on passe souvent à autre chose.
Avec les femmes, et pire, entre elles, les conflits lui paraissent beaucoup trop raffinés et inaccessibles à son goût. C'est quelque chose qui lui échappe complétement au Turc... On dirait un démineur professionnel ayant mis le pied sur un modèle inconnu. On sait comment ça s'arme, mais on ne sait pas comment ça se neutralise...

Il n'en veut pas à Kate, non, lui-même est quelqu'un d'excessivement possessif et de jaloux, il n'a aucune difficulté à opérer le transfert. Et malgré ses aspects très occidentalisés, il vient d'un pays où certaines femmes se baignaient encore tout habillées... Il se sent responsable même, se demandant s'il l'avait assez nourri de son affection, s'il avait assez exprimé son amour pour elle. Une étincelle d'intelligence dans une vie d'homme, c'est rare...

Il reste maintenant très silencieux, regardant d'un oeil inquiet les deux femmes. Summer partant d'un côté, et sa belle, reprenant, avec le flegme d'un officier britannique sous les bombes, ses habitudes de salon de thé.

Il se demande bien un instant s'il doit prendre partie, mais au plus profond de lui, l'homme n'en a aucune envie. Ce n'est que de l'eau après tout et comment en vouloir à la gitane ? Il n'y a pas forcément un responsable à tous les problèmes, alors quoi ?

Alors le Turc se lève, suivant Sacha, et perturbant à peine à eux deux ce silence de mort.
Emportant avec lui son assiette et ses couverts d'une seule main, il fait le tour de la table devant l'assistance, jusqu'à se reposer sur l'épaule de Kate.

Il la regarde un long moment, de ses yeux qui parlent, de son sourire timide et tendre, et l'homme ne dit rien.
Il se contente de réajuster sa coiffure, d'essuyer son visage humide, le coin de ses lèvres peut-être, ornées d'un appétit qu'elle ne semble pas avoir perdu, il se fait caressant.


"Je t'aime, Katee. Et je n'cesserai plus jamais de te le répéter..."

Une déclaration, une signature, devant témoins. Peut-être était-ce cela qui leurs manquait.
Le ton n'est pas à la confidence, mais il n'est point exubérant outre mesure, il est simple, il est humble et modeste. Il est franc en bref. Le Turc jette un dernier regard à l'assemblée, un regard fuyant, non gêné, mais qui voudrait plutôt s'excuser. Une ultime démonstration publique pour enfin ramener la chose au privé. Il libère ses otages...

L'homme prend maintenant la direction des cuisines, s'accoudant quelques secondes au comptoir, avant de reprendre son chemin.


"C'est rien, Summer, ça arrive. On est tous humains et c'est ce qui est rassurant.
Et puis c'est de ma faute...
"

Culpabilisation excessive ou douce manoeuvre poétique, s'il fallait un responsable aujourd'hui, et bien ce serait lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 17:02

Alors qu'Aslan s'accoude au bar, elle tourne le dos à tout la salle, remplissant sa besace au cuir rouge.
Lorsque les mots arrivent à elle, elle se retourne enfin. Les larmes avaient disparu laissant place à un sourire vide de sens. La chaleur de ses iris avaient disparu.
Elle allait lui tapoter le bras comme pour dire que tout allait bien aller lorsqu'elle suspendu son geste. Il y avait assez eu de scandale pour la journée et Kate avait sans doute raison: elle ne faisait pas partie de leur monde. Cela avait été une leçon cruelle mais nécessaire.

Lorsque les premiers départs furent loin, elle leur emboita le pas, disparaissant dans l'obscurité des ruelles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Toole
L'Aventurière
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 12/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 17:41

Ah le salaud, l'enflure... Alors qu'elle lui offrait une frimousse naïve et charmée en réponse, le voilà qui s'en va finalement vers la petite serveuse. Aussi coulant que du fromage... Elle l'aimait en grande partie pour ça.

Mais Arthur n'aurait certainement pas fait la même chose.
Il aurait peut être emplafonner son assiette dans le visage de Summer.
Il l'aurait peut être rouée de coups.
Il l'aurait peut être tuée.

Le teint de Kathleen baisse dans la gamme de couleurs. Ses doigts se crispent sur les couverts, ses yeux piquent vers son plat. Pourquoi repense t-elle à ce maudit truand ? Il avait tout bousillé. En cinq minutes, passé du statut de prince charmant à celui de roi des connards. Ce qui aiderait Kathleen à grandir, c'est de se dire que d'un certain point de vue, il était déjà le roi des connards, il l'avait toujours été, et que dans le genre ordure, elle en tenait aussi une sacrée couche... Tout cela n'est pas si lointain... Oui, grandir consisterait à réfléchir sur ses actes, et en tirer de bonnes leçons.

Et au lieu de ça, elle passera une nuit blanche à faire un crocodile en déchets.

Alors ses poignets s'activent de nouveau.
Machinalement, elle mange pour prendre des forces, et ne se demande pas pourquoi elle danse comme une imbécile avec un reptile en smoking et lunettes noires, dans la salle des machines d'un sous marin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katie Toole
L'Aventurière
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 12/09/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 18:23

[à la limite on pourrait peut être le déplacer en lecture et dispo pour tous les "bleus" ?
Oui bon, je pense un peu comme sasha.
C'est contraignant et rigide peut être, le gp lié au rp, mais avoir le groupe d'Omega surarmé comme groupe de déf, je trouve pas ça très sympa pour l'image de la com' non plus.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 18:52

[Je n'ai aucune objection à deplacer le sujet. Quant au Chaos au groupe de def, tu as raison, on peut eventuellement leur demander de se splitter. Autant pour eux, n’étant pas cible d’éventuelle attaque extérieure, que pour nous, on defend notre interne nous même.]

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Sam 19 Jan 2013 - 18:53

L'homme évite tout contact avec Summer. La phrase à peine prononcée, il a déjà fuit en cuisine.
Il n'a de toute façon pas envie de s'étaler plus avant ou de se laisser aller aux émotions. Une apparence de sérénité et de légèreté mais un homme assez fatigué finalement. Et Merlin, bien plus qu'Arthur...

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia (HRP)   Sam 19 Jan 2013 - 18:54

[c'est possible de demander et de prévenir les gens à l'avance, mais ça va en rebuter plus d'un. Il n'y aucune confiance dans ce jeu, tout le monde va penser au traquenard, RP ou pas. Ça nous a semblé irréalisable, d'autant qu'on a déjà somme toute peu de visiteurs. Et le groupe d'Oméga, si on avait un vrai groupe de def aussi. Razz]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   Dim 20 Jan 2013 - 14:03

Bien. Maintenant imaginez la même scène, avec des revolvers à chaque ceinturons, et vous avez ce que la Communauté voulait à tout prix éviter. La tranquillité est l'un de ces mots d'ordres qui font et défont une identité, aussi.
Mais les affaires personnelles ont ce qu'elles ont dans une petite cité, de prendre l'importance d'affaire d'état.
Une personne trop tactile, qui ajoute ça à son coté fragile, une autre qui tiens lieu de dogue de garde. Enfin, un morceau de steak turque. Sauf que soucis, l'un voulait pour panser un oeil au beurre noir, et l'autre en faire son casse dale. Voyez ou ça nous mène.

Alors il sait qu'il devra applanir les degats, plus tard. Et celà l'ennuit déjà. Il fini son repas, et sans mot dire, debarasse son assiete, avant de disparaitre à son tour.

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des armes à feu et de l'identité d'Iskenderia
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» langue et identité
» ARMES ,TRAFIC et RAISON D'ETAT
» Normandité et identité nationale
» Identité... Sondage.
» Tourisme et identité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre de Canaan, version Fract :: Partie Privée :: Zone urbaine :: La Taverne-
Sauter vers: