AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lorsque le nord rencontre le sud

Aller en bas 
AuteurMessage
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Lorsque le nord rencontre le sud   Mer 22 Mai 2013 - 20:23

Début de soirée, la où la journée de tout le monde prend un terme.

Comme à son habitude pré-comateuse, la petite gitane prend sa place derrière le bar, des copeaux de bois plein les cheveux. Petites lucioles claires bien vite enlevées de ce ciel sombre et rebelle. Ce n'est pas la seule nouveauté qu'elle apporte dans cette taverne pour les habitants qu'elle croise. Un beau sourire jovial les accueille tous, encore un peu plus lumineux par l'absence marquée de son jupon noir. Aujourd'hui, elle affiche mille couleurs, les plus criardes les unes que les autres. De quoi en choquer plus d'un.

Pour autant, la petite manouche n'a cure de tous ses regards étonnés qui se braquent sur elle, vaquant à ses tâches quotidiennes qui consistent à tourner tous les beaux portraits de Porta et de préparer ce qu'il faut pour attabler les habitants à un bon repas.

Attendant le client derrière le bar, elle sort ses castagnettes en bois et commence une petite mélodie entrainante et joviale. Décidément, la manouche semble avoir le coeur en fête en ce jour. Etait-ce dû à ce blondinet qu'elle ne quittait plus ces derniers temps?

La musique s'arrête lorsque le premier visage apparait, faisant naitre un sourire radieux sur celui de Summer. Une main se lève en guise de salut traditionnel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosan

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Jeu 23 Mai 2013 - 18:30

Fin du service pour le Serbe, le temps de faire un brin de toilette histoire de se rafraichir le visage c'est maintenant le gosier qui réclame un décapage mérité et c'est donc tout naturellement qu'il se dirige vers le bar de la ville.
L'entrée n'est pas fracassante, celle d'un client normal surement, forcé d'attendre un instant sur le pas de la porte, le temps que ses yeux s'habituent progressivement à l'ambiance tamisé du lieux, profitant de cette pause pour s’épousseter les vêtements recouvert du couche poussiéreuse, typique de sa journée passée dans la menuiserie.
Un coup d'oeil rapide pour analyser le lieux, pas grand monde encore, automatiquement il se dirige vers le comptoir, sourire malicieux et regard pétillant devant l'éclat qui assure le service.
Il prend son temps pour s'appuyer sur le rebord d'un tabouret, baladant ses yeux gourmands sur la tenue beaucoup plus joyeuse de la manouche, voila un changement qu'il apprécie, même si il ne peut s'empêcher de rire en voyant cette chevelure parsemée de petits bouts de bois, ils arrivent sans le vouloir à être raccord sur un détail.
Il ne dit pas un mot, après tout ils se sont côtoyés toute la journée dans l'atelier, au repas du midi, au petit déjeuner et les lèves tôt auront peut être remarqué qu'ils sont tous les deux sorties de la même chambre réservée aux visiteurs ... bref qu'on peut souvent les voir flâner, s'embrasser parfois ou tout simplement l'apercevoir signer en désignant quelque chose et lui imiter le geste juste derrière ces dernières lunes.


Je peux avoir quelque chose de pas trop fort? De la bière, blonde ce serait parfait mais quelque chose du même degré aussi ! Je veux garder les idées claires !

Il se redresse pour contempler la salle, Aslan n'est pas encore là, puis il annonce sans la regarder, le ton énigmatique avant d'éclater de rire se doutant qu'elle voit bien de qui il parle.

J'ai un rencard ce soir ! Quelqu'un aux cheveux noirs, plus court mais la mine aussi souriante que toi et peut être même aussi coquet si j'en crois la petite boucle d'oreille hahaha !

Continuant son inspection il remarque le médecin chef de la ville attablé, un dernier regard vers la belle pour s'excuser avec son sourire d'ange blond au cas ou elle n'apprécierait que moyennement la blague puis il se dirigera vers l'iranien avec ou sans sa bière.

Mais vous devez le connaitre depuis plus longtemps que moi Mr Farzeen !
Vous permettez?


Sans attendre il prend place sur une chaise.

J'en ai pas vu beaucoup, des hommes avec des boucles d'oreilles, allez pas croire que je trouve ça étrange, juste que je me vois mal avec un truc pareil au bout des lobes !
Et vous l'ami ? Vous en avez déjà croisé durant vos voyages?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Jeu 23 Mai 2013 - 20:07

Ben yen a un, en tout cas, il n'est ni du nord, ni du sud... Il est à l'ouest. Il est assis, à siroter une boisson chaude - rien de surprenant, vous me direz - tout en écrivant quelque chose en arabe. Des lignes et des lignes sur un papier parcheminé, à la plume et à l'encre noire.
Ce qu'il griphone, c'est une bonne question, qui s'envisagera plus tard, si un curieux se balade dans la region.
De curieux, il y en a un. Ce petit homme qui debarque dans la taverne façon visite au Saloon. Une biere et qu'ça saute poulette. Clin d'oeil à l'appui.

Finalement, il leve le nez, ecoute les discutions autours de lui. La description ne fait place à aucun doute, et quand le Serbe s'attable, avec nonchalance Farzeen le regarde, pour lui dire.


J'ai toujours su que vous aviez un faible pour les bruns. De quoi vous faire rosir aux oreilles. Comme la dernière fois.
C'là dit.... Piercing, hein ? J'en ai vu qui vous feraient mal rien qu'y penser. M'enfin les oreilles, ça reste assez classique. J'peux même vous faire un trou, si ça vous branche.

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Ven 24 Mai 2013 - 13:26

Chevelure dorée, éclats de rire, yeux gourmands qui traînent sur ses rondeurs féminines. Pas de doute son Causant vient d'arriver! Il s'appuie sur le tabouret, commande une boisson et joue un jeu plutôt risqué avec une gitane. Pourtant, elle l'accueillera avec un sourire ensoleillé, ne levant qu'un sourcil à sa petite blague. Pourquoi avait-il rendez-vous avec Aslan?
Bien sûr, elle n'aura pas sa réponse ni même l'occasion de poser la question car il est déjà entrain d'aborder le toubib. Pas perturbée le moins du monde, elle fait alors comme tout barman, elle prépare sa bière mousseuse.

La boisson se glisse sur la table. Blonde, fraîche dans son habit en terre cuite. De quoi désaltérer tout bon travailleur qui se respecte. Mais la surprise ne s'arrête sans doute pas là car bientôt deux mains glissent des épaules vers le torse du Serbe dans une caresse voluptueuse. La pointe d'une canine vient taquiner un de ses lobes, soulignant sans doute le dernier propos de l'Iranien. Un baiser appuyé viendra également se perdre dans le creux d'une joue avant qu'elle ne s'enfuit dans un bruit de froufrou, un sourire espiègle accroché à ses lèvres. Evitant les tables d'une démarche chaloupée, elle lui jettera un regard par dessus la peau nouvellement ambrée de son épaule nue, vérifiant si elle avait fait mouche. S'il voulait jouer, elle était prête à lui rendre la monnaie de sa pièce. Mon dieu dans quoi s'était-il donc embarqué?

Contre toute attente, après avoir vérifié ses réserves derrière le bar, elle s'éclipsa derrière la porte qui menait vers l'étage. Après tout, il valait peut-être mieux pour la tranquillité d'une conversation sérieuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Ven 24 Mai 2013 - 21:42

Ce sont des pas rapides qui descendent les quelques marches menant tout droit à la salle principale de la taverne troglodyte.

Le Turc, invité, est un peu en retard, car il a pris le temps de se changer et de se laver. Outre les rendez-vous galants, c'est chez lui une question de dignité, de plaisir aussi, lui qui passe tant de temps le nez dans la poussière et le sable, habillé le plus souvent, dirait Ibrahim, à la manière d'un forain.

Le voilà donc, souriant, rasé, avec sa mine des meilleurs jours, harnaché de ses deux boucles d'oreilles auxquelles il tient tant et qui font toujours jazer, il vient au rendez-vous, et il y vient avec un plaisir certain, passer un moment de détente, trop rare ces derniers temps.


"Et bien je vois que les couleurs ne reviennent pas qu' avec le printemps, mais with the Summer too."

Son accent anglais est particulièrement déplorable, mais Kosan, de son âme slave, compatira sûrement sur le roulement de ses R... La maitresse de maison saluée, le Turc attrape une chaise, la retourne, pour enfin s'y asseoir et s'y accouder.

"Messieurs !
Alors qu'est-ce qu'il se passe ?
Farzeen traduit votre biographie en farsi ou vous confrontez les traditions orientales aux traditions occidentales de la boisson ?
"

Il regarde l'intérieur des deux verres en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosan

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Dim 26 Mai 2013 - 15:20

Une blonde bien fraiche ! voila une chose qu'il aimait par dessus tout pour débuter la soirée, dans un verre net ou crasseux, ou comme ici un pot en terre cuite, tant qu'il peut en apprécier la robe et l'amertume à l'aide de ses papilles.
Mais il y a autre chose qu'il a découvert dans cette ville, une brune silencieuse et ardente, qui le surprend encore alors qu'ils viennent de passer la journée ensemble au moment où il allait la remercier pour cette merveille alcoolisée, elle sentira un frisson électrisé au bout de ses doigts, traduisant la surprise du jeune homme, surement moins détendu que lors de leurs étreintes précédentes, visiblement peu habitué à de telles attentions en publique et aussi proche d'un quasi inconnu pour lui.
Heureusement elle sait y faire pour le bouger, imposer un changement contre des habitudes prisent avec une autre surement. Un mordillement à la manière d'un chaton sur ses oreilles lui laisse échapper un rire, il esquissera un mouvement peut convainquant de la tête pour mettre ses lobes à bonne portée de la féline et contre ce baiser il espère bien l’entrainer sur une chaise non loin de lui mais sa main n'arrive juste qu'à glisser entre les tissus colorés qui s'éloignent déjà.

Ce qu'il voyait devait lui paraitre terriblement délicieux car il ne détacha son regard enflammé qu'au bout d'une minute ou deux, se rendant juste compte que l'objet de son rendez-vous venait tout juste d'arriver.


Bien le rebonjour Aslan !

La gêne du débordement d'attention avait complétement disparu, ne laissant place qu'a une bon-humeur manifeste sur le visage du blondinet.

Non pas de confrontation ! Je crois que le bon Mr Farzeen souhaitait me laisser un souvenir de mon passage en ville.
Hélas, non pas que décline l'offre hein ! Je préférerai quelque chose qui ne touche pas à mon intégrité physique ... même si il ne s'agit qu'un petit trou dans mes oreilles, je les aime comme elles sont !


Du bout des doigts il caresse le lobe où il sent encore la canine de la manouche, avalant une gorgé derrière un sourire de nouveau rêveur.

En parlant de souvenir, les douces chaleurs de l'été pointent le bout de leur nez et mon départ aussi, jpense qu'il serait bien de l’aborder ! Qu'on se mette d'accord sur les quantités et je voulais savoir aussi si je pouvais disposer d'un piège à serpent, ou pour capturer des trucs un peu plus gros ... de quoi nous faire un gueuleton suffisamment copieux, j'avais aussi dans l'espoir de mettre en pratique les leçons de cuisine d'Anton avec ça !

Par contre je sais déjà, je suis un maladroit né pour chasser ! Heureusement j'ai trouvé quelqu'un qui souhaite m’accompagner pour rendre mon voyage un peu plus ... coloré !


Nouvelle gorgée et derrière le rideau de mousse on peut voir nettement qu'il cherche du coin de l'oeil à retrouver la silhouette qui vient de disparaitre dans l'encadrement d'une porte, comme si d'un regard il pouvait faire apparaitre la source de son envoutement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Lun 27 Mai 2013 - 19:38

Le chatoiement de froufrous colorés, les humeurs gaillardes et enjouées d'un homme, dont le regard s'illumine et cherche, voilà ce qui suffit à nourrir son esprit contemplatif, à rassasier ses sourires, et il devrait en être ainsi tous les jours par ici...

Même quand on parle de ses oreilles...
Et il s'en amuse.

Quand vient enfin le sujet principal, il rit, ne pouvant s'empêcher de lever les yeux au ciel.


"Môôssieur Kosan...
Vous vous en faites décidément beaucoup trop.
"

Il se lève de sa chaise, la retourne dans le bons sens cette fois-ci et s'y réinstalle, s'approchant de la table, et s'y accoudant avec le sérieux des tables diplomatiques. Ses yeux, taquins, plongent dans ceux de son interlocuteur.

"Je suis là, aussi, pour en apprendre un peu plus sur vous, vous comprenez ?
Alors épargnons-nous ces quelques détails rapidement, si vous l'voulez bien.
Si tu l'veux bien...

Mon objectif, c'est de te rassurer.
En tout cas, c'est ce que tu sembles demander.
Bon gré, mal gré évidemment...
"

Il compte sur ces doigts, et dans l'ensemble, le Turc reste très gestuel dans sa façon de communiquer.

"Déjà, notre repaire temporel, ce n'est pas l'été, c'est la récolte du blé."

Il sourit.

"Et puis, c'est parfaitement symbolique, ce sera le temps de récolter, toi aussi, le fruit de ton travail...
Si tu veux plus de précision, la récolte aura lieu dans trois cycles lunaires, trois et demi si on compte le cycle en cours...
Les récoltes durent en général une lune, mais peuvent s'allonger sur deux semaines, donc bon, je compte sur ta souplesse à ce sujet.

Pour le reste, alors, allons-y, mais là c'est plus à toi de me dire.
Un piège ?
Un piège !
Et bah, on te l'offre.
Un compagnon dans tes bagages ?
"

Il mime quelques secondes la recherche de Kosan dans cette silhouette fantôme (elle est peut-être bien muette, mais lui n'est pas complétement aveugle), puis revient rapidement à son interlocuteur, se redressant sur sa chaise, s'étirant même, toujours de son sourire espiègle, invitant le Serbe à plus de décontraction.

"Je n'y vois pas d'objection, camarade...
Quoi d'autre monsieur Kosan ?
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Lun 27 Mai 2013 - 21:43

- J'suis pas bien sur qu'vous ayez l'choix, vu ce dans quoi vous vous êtes engagés.

Air sybillin. Pas plus, pas moins, le Persan faisant reference à ce croc si volontaire qui avait efleuré cette chaire tendre et vulnerable. Quant au reste, on aurait dit l'homme qui venait faire sa demande. "Je veux la main de votre fille, Mr. Je la retire à vos bons soins, pour la mettre aux miens. Ne m'en veuillez pas, mais l'oiseau doit sortir du nid un jour. Et je suis un bon parti. En plus."
Finalement, il range son bouquin dans sa petite poche, laissant à Aslan le temps de finir son propos. Le domaine pecunier n'est clairement plus son rayon.
Le ton se fait plus dur, quand il reprend la parole.

- J'espere que tu n'as pas l'intention de nous demander la permission pour que Summer parte avec toi ? Tu as de la chance qu'elle se soit éclipsée, j'ai rarement vu un esprit plus indépendant. Met la en cage et c'est toi qui finira entre quatre planches.


Se racle la gorge, avale une gorgée, et d'un ton plus detendu, il continue.

Ceci etant dit, j'vous conseille une dernière chose. Pas d'risque inconsidéré. Evitez d'partir dans des zones douteuses. Sinon votre prochain percing, ça sera dans l'sceptre du prince albert, vous m'situez ?

Pause.

Oh et tout le bonheur du monde.

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Kosan

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Mar 28 Mai 2013 - 20:09

Des sourires et le Serbe se retient d'éclater de rire quand le gaillard lui parle ainsi. Décidément ils étaient bien différents, et si ils avaient du mal à se comprendre au moins le chef de cette ville savait redonner le morale, toujours souriant, prendre tout du bon coté, insouciant presque ! Comme si il était perpétuellement sous ecstasy, à aimer son prochain et se montrer généreux, le Serbe espérait juste que tout ceci n'était pas le fruit d'une isolation trop longue sur ce bord de plage à ne voir personne si ce n'est les habitants de la première heure.

Et puis dans ce qu'il avait espéré être un dialogue marchant, le turc avait finalement donné un chiffre, une date, la fin des moissons, de quoi offrir des repères à un Serbe dubitatif mais souriant.


Va pour la fin des moissons !

Visiblement ça ne lui faisait ni chaud ni froid qu'il demande tout et n'importe quoi, ni qu'il embarque avec lui des habitants, pendant un instant il se demande si il ne devrait pas pousser le vice pour voir jusqu'où il faut aller pour faire glisser ce sourire taquin mais déjà le docteur se montre plus loquace que d'habitude, moins énigmatique aussi, et surement plus réaliste que le turc, de quoi redresser une nouvelle fois l'échine du blondinet, partiellement vexé que le médecin puisse penser un seul instant qu'il allait demander une quelconque autorisation ou qu'il doutait à quel point la jeune manouche était d'un esprit libre.
D'ailleurs il sentait bien le caractère bien trempé et frondeur sous ce joli minois qu'il voyait parfois rougir, indubitablement, c'est l'une des nombreuses choses qui l'attirait chez elle.
Ca et le fait qu'ils se voyaient déjà parcourir le monde sans se soucier du lendemain, du chemin, tant qu'ils profiteraient du temps passé ensemble et de ce qui les entourera ... mais que le Turc se rassure elle ne lui a pas encore totalement fait chavirer la raison et il gardera dans un coin de la tête une destination et de quoi se nourrir d'autre chose que d'amour et d'eau fraiche.


Je suis quasiment sûr que cette idée est autant la mienne que la sienne et puis comme si quelqu'un pouvait se targuer d'avoir une quelconque autorité sur elle ! J'en serai le premier surpris !

Non en faite je voulais vous prévenir Messieurs, que vous ne vous retrouviez pas dans la panade à chercher un nouvel ou une nouvelle serveuse à la dernière minute, votre bar si charmant ne devrait jamais connaitre pareille pagaille !

J'imagine déjà Gripis débarquer et constater qu'il n'y a plus aucun garde fou, que Dieu veille sur vos réserves !


Il en profite pour descendre une gorgé.

Et ne vous inquiétez pas, je suis du genre prudent quand il s'agit de préserver mes miches !

Surtout qu'il devait veiller sur celle de Summer maintenant, surement la chose qui le tracassait le plus dans cette idée de voyage mais ça il n'allait surement pas l'avouer ici.

Puis vu qu'on allait voyager dans le bonheur comme vous dites je me disais qu'on pouvait peut être se rendre utile, nous irons à Arcadia dans un premier temps, enfin je pense, j'ai de vieux amis là bas, on peut peut-être jouer les coursiers et ou les messagers ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Mar 28 Mai 2013 - 21:53

L'homme ne dit rien, il acquiesce, il grimace, il sourit, mais il reste au fond de sa chaise, il écoute et il observe. Il sait qu'il ne parle pas le même langage que le Serbe, mais ce n'est pas le fruit du hasard, comme les boucles d'oreilles, la vérité est ailleurs, cher Mulder...

"Une hôtesse de cette qualité, on en trouve pas à tous les coins de rue, ça c'est sûr...
Mais notre petit égo peut sûrement se passer de sa tavernière quand il s'agit de son propre bonheur...
A toi ensuite, d'être franc avec elle et avec toi-même.
Si cela n'est pas devenu le sens premier de ton voyage, peut-être bien que tu devrais la laisser ici...
Mais ça, vous êtes grands...

Pour le reste, Ibrahim avait déjà proposé notre aide auprès de Stark, lors de votre évacuation justement.
J'ai eu quelques échanges avec lui moi-même, mais il se trouve que nous faisons l'objet d'un très vieux contentieux... Dont la première victime est assise juste à côté de vous d'ailleurs...

Souhaitez-leurs simplement paix et courage dans leur nouveau départ.
"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Lun 3 Juin 2013 - 7:48

Les hommes discutent, marchandent, tranchent, expliquent. En insule ibérique, les couteaux seraient sortis, menaçant celui qui veut éloigner la fille de bonne famille loin de son père, loin de ses frères. Mais tout le monde le savait d'avance soit la dote serait payée soit la fille se ferait kidnappée le soir même et pendant toute une semaine.

Ici, dans la taverne d'Iskendria, rien de tout ceci se passe. Evidemment, il y a bien des discussions, des marchandages mais tous à propos de nombre de rations à emporter pour le voyage. A peine quelques mots sur le départ de la jeune fille. A peine une mise en garde sur son caractère mais guère plus. Aucune mise en valeur. Rien de rien. Heureusement, la petite gitane n'est pas là pour assister à cet échange. Elle en aurait été malade de ne rien valoir à leur yeux, même pas digne d'une dote.

Sourde et aveugle d'une telle injustice, elle fait son apparition, se dirigeant vers les chaises hautes du bar. Entièrement vêtue de rouge profond, presque noir, elle s'assoit et remonte un de ses pieds nus sur le tabouret d'en face. D'un geste grâcieux, elle dégage le tissu de sa robe de sa cheville, montrant sans doute le galbe de son mollet pour nouer la lanière de ses escarpins de flamenco noir et vernis.

Enfin chaussée, elle leur sourit malicieusement, contraste étonnant avec l'arrogance de ses traits dévoilés par la rigidité de son chignon bas. Ce dernier est à moitié dissimulé par une rose séchée et laquée complétement ouverte et du même rouge que le tissu velours de sa robe. S'échappant vers le fond de la salle, elle leur fera profiter de son dos nu, annonçant une chute de reins spectaculaire. A croire qu'il n'y a que le noeud sur sa nuque et la rondeur de ses fessiers qui retiennent le tissu sur sa peau.

Arrivée à l'espace ouvert, elle a un mouvement de talon comme cherchant soit à attirer l'attention d'un public soit à faire valser l'étoffe ample du bas de sa robe. Ses mains graciles se mettent en mouvement soulignant les courbes féminines du haut de son corps, le contraste de la confection de son vêtement: mettre en valeur sa poitrine, souligner la minceur de sa taille, arrondir la ligne de ses fesses et cacher sous des volutes d'écarlate le mouvement de ses jambes.

Les arabesques gestuels continuent lentement, sensuellement, formant les mouvement des vagues de l'océan se cognant contre un rocher humain alors que les talons cognent doucement contre le plancher, exerçant une sorte de complainte. Cambrure de reins, pirouette gracile, faisant voler le rouge jusqu'à ses mains. Immobilité alors que le menton s'avance vers les spectateurs inopinés. Lentement, les talons fracassent, marquent un nouveau rythme alors que la robe se transforme en ailes de papillon dansant autour d'elle. Imperturbable ou indifférente à toute cette grâce, elle plonge son bleu dans le gris du Serbe, arrogante, orgueilleuse. Lentement, un sourire en coin nait, indéchiffrable avant qu'elle ne parte dans un rythme beaucoup plus effréné, piaffant comme un cheval indompté, tournant sur elle même, jouant avec son tissu par coup de genoux alors que ses mains claquent, suivent une musique qu'elle est sans doute la seule à connaitre. Fronçant les sourcils, elle se plonge toute entière dans cette histoire qu'elle leur narre, s'appliquant pour lui donner une forme compréhensible.

Alors que la lenteur et la volupté est de retour, son regard se perd à nouveau dans celui du Serbe. L'invitait-elle à la rejoindre? Etait-ce par défi ou était-ce simplement une danse pour lui? Vu le charme qu'elle déployait en dansant ainsi, cela en avait tout l'air et à l'instant où cette certitude venait à mûrir, elle s'échappait, se rebellait, s'enfuyait, se cachait derrière l'impétuosité de ses pas vindicatifs. Etait-elle donc un animal sauvage qu'il fallait dompter? Et cette sensualité était-elle la récompense des efforts à consentir? Très certainement!

En tout cas, elle faisait vraiment honneur à son peuple libre et fier, parfait modèle de l'hypnotique gitane dansant devant un feu de bois imaginaire. Quel spectacle cela devait être avec les escarbilles étincelantes voletant dans le vent tout autour d'elle, telle une multitude de lucioles!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kosan

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Mer 5 Juin 2013 - 18:10

Le Serbe se trouve bien embêté face à ce visage souriant, gêné de s'imaginer la mine de son hôte si généreux s'assombrir, oui il se montrait et se montrerait franc avec elle ... il lui avait dit qu'ils prendraient la route ensemble pour le meilleur comme pour le pire, et advienne que pourra, de quoi se projeter sur au moins les 5 prochaines lunes sans savoir où ils seront ensuite ...

Retrouvant un sourire débordant de confiance bien qu'un peu tiré il tend son verre droit devant lui.


Toujours honnête ! Quoi qu'il arrive !

D'un grand trait il descend son verre jusque moitié, si il ne sait quoi dire voila au moins une excuse pour ne rien ajouter.

D'ailleurs les mots du turc lui titillent la curiosité, un vieux contentieux? Avec l'Ordre? Et le Doc? En voila une histoire ! Est ce que sa Mercredi pouvait-être impliquée dedans ou d'une quelconque manière? Intuitivement il s'imaginait que oui, sourire aux lèvres, il y avait de sa lugubre dans le visage taciturne du médecin, mais curieusement il ne chercherait pas à le dérider celui là ...

De toute façon il y a autre chose qui lui titille la curiosité et le regard, une silhouette rouge, aérienne, qui vogue en direction du zinc de ses voiles flamboyantes, escarpins à la main. D'un claquement sourd il repose son verre et vient éclabousser la table en espérant que le doc ait eu le temps de sauver sa paperasse ... bouche bée il observe sa manouche, oui c'est bien elle ... avec des chaussures?

Qu'est ce qu'il raconte, au diable les talons hauts même si il ne tardera pas à apprécier la manière qu'ils ont de percher cette silhouette pour en accentuer un peu plus les formes et les courbes. L'apparition blanche de cette jambe lui fera refermé cette mine ébahi, oui c'est bien elle ! Mais d'où est ce qu'elle sort une telle robe? Et pourquoi est ce qu'elle ne l'a met pas plus souvent?
Pas le temps pour ses questions, la vision d'une chute de rein vertigineuse lui arrache un soupir impressionné, oubliant totalement les saints patrons de la ville qui l'encadrent.

Stupéfié, c'est surement le bon mot pour décrire l'état dans lequel il se trouve et déjà, ses yeux glissent sur cette silhouette qui entame une chorégraphie gracile et sensuelle, indifférente même, à ce qui l'entoure, si ce n'est quand elle capte son regard.
Il y a quelque chose dans ces iris bleus, ces mouvements parfaitement orchestré et le rythme beaucoup plus endiablé qui démarre, quelque chose qui anime ce corps.
Un on ne sait quoi d'étincelant et éclatant comme cette robe qui vole gracieusement dans l'air, une flamme peut être, de passion, de fierté, de liberté il ne sait pas, il s'en moque bien d'ailleurs, complétement envouté et désireux d'une chose: approché, caresser du doigt ce caractère indomptable.
D'ailleurs elle parait presque irréelle drapé et bougeant ainsi, inaccessible même, mais cela ne fait que renforcer son envie de tout mettre en oeuvre pour la faire sourire, faire disparaitre le temps d'une étreinte, d'un mot, ou d'un regard, cet air mutin et indomptable, affronter ce visage plein de défi et réussir à s'accaparer cette flamme pour un instant, qu'ils ne partageront qu'a deux, égoïste dans son désir.

Dans des sifflements bruyants il accompagne les claquements de talon, essayant d'attraper la mélodie, le fond musicale de cette histoire.


Décidément Aslan ... votre ville est unique !

Le blondinet semble retrouver la terre ferme.

Mais j'ai bien peur qu'il n'y ait plus personne pour assurer le service ! Laissez moi remédier à ça !

En mauvais serveur il se lève sans passer la moindre commande, embarquant le reste de sa bière avec lui pour affronter les rangées de tables et de chaises vides, pour s'approcher de la tornade rouge en spectateur toujours impressionné.
A quelque pas de la tempête sensuelle ou virevolté, il lancera doucement.


Un reste de blonde encore fraiche pour une jolie brune si envoutante et surprenante !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Mer 5 Juin 2013 - 19:36

L'homme reste impassible, les mains liées sur la table, cloué sur sa chaise, il ne compte pas en dire beaucoup plus sur cette affaire.
Il regarde plutôt ses deux interlocuteurs, de façon insistante.
Farzeen d'abord, bouche-bée, lèvres cousues, qui n'en dira pas un mot, assurément, puis Kosan, le bienheureux du soir, dont il suit le regard, rapidement, sur ce dos nu, drapé de rouge, et s'adonnant à une curieuse danse faite de charme et d'amour.

Puis il ne dit plus rien, pendant un long moment, revenant à la table, absent et pensif.
Il attend, le sourcil froncé, souriant néanmoins courtoisement à Kosan, mais son regard se perd.
Il sait qu'il est la proie d'une drôle de colère, d'une colère muette et qui ne dit pas son nom, d'une colère sans verre ni salutations, d'une colère en robe colorée, boudeuse et maniérée.

Négociant ou négrier, il n'aurait sûrement pas vendu sa précieuse marchandise au Serbe, ça non, mais à un vieux. Un vieux, seule créature capable d'être aussi dépensière pour une aussi jeune chose... Il n'y a pas vraiment meilleur manière de tirer bénéfice...
Une autre fois, sans doute...

Le Turc sourit.

Et s'il avait été d'Espagne, il aurait été sûrement de cette Espagne austère et archaïque, de cette Espagne où les femmes ne se baignent qu'en robes noires, de cette Espagne exsangue de ses hommes et de ses femmes, battues par les guerres, les bûchers et les épidémies, d'une Espagne morne et mélancolique et qui s'égaye, pourtant, à la seule vue d'un froufrou ou d'un dos nu, rêvant d'une Nouvelle Espagne, d'un Nouveau Monde possible, et libre...

Kosan se lève.


"Ah ! Euh... Merci, mon vieux..."

Merci ? Pourquoi merci ?
Sortant subitement de ses pensées, Aslan réalise qu'il ne voulait pas boire d'alcool.
Mais voilà que Kosan part déjà, laissant le Turc dans le triste retour de ses égarements.
Il laisse faire, tant pis, c'est de toute façon beaucoup trop tard et il n'est pas dit qu'on puisse refuser des verres à un Serbe, alors...
Sûrement le temps de boire et d'oublier, et de sortir de ces élans grisâtres et nauséeux, et qui lui donnent mal au crâne.



Dernière édition par Aslan Öztürk le Jeu 6 Juin 2013 - 6:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Summer

avatar

Messages : 192
Date d'inscription : 23/10/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Mer 5 Juin 2013 - 23:09

Il avance à grands pas vers elle, l'air conquérant malgré la douceur de sa voix lorsqu'il l'interpelle. Pendant tout son parcours, elle ne le quitte pas des yeux, son sourire en coin toujours présent et pourtant sa danse ne stoppe pas. Elle continue dans ses pirouettes à frou frou et ses coups de talons secs sur le sol.

Le serbe arrive enfin, des flammes pleins les mirettes, lui offrant son fond de bière. Fière comme un paon, le dos bien cambré, elle avance vers lui d'un pas glissant, bras légèrement en arrière. Arrogance à l'état pur.
La bière est attrapée alors qu'elle se colle à lui, presque langoureuse. D'une main, le broc est posé sur la table d'à côté alors que de l'autre, elle lui attrape une épaule pour laisser une de ses jambes caresser la sienne direction sa hanche. Son souffle chaud se perd dans son oreille puis sur ses lèvres avant qu'elle ne s'échappe, qu'elle ne fuit l'emprise de ses mains.

Les doigts toujours accrochés au trapèze, elle tourne sensuellement autour de lui, se plaque soudainement contre son dos, jouant du talon d'une manière plus impérieuse alors qu'il sent tous ses mouvements de manière non plus visuelle mais charnelle. Les mains le touchent, caressent ses flancs ou l'arrière de ses joues, parfois ne font que l'effleurer. Sensualité débordante et rien que pour lui.

Encore une pirouette pleine de rouge pour se retrouver à nouveau face à lui, faisant valser le velours à pleine mains. Quelques arabesques de bras voluptueux, presque lascifs viennent guider son regard sur la ligne de ses courbes féminines, sur le bleu mystérieux de ses yeux avant qu'elle ne recommence son petit manège. Sauf que cette fois-là, les peaux ne se touchent plus, s'effleurent à peine. Le flamenco est mêlé à un soupçon de tango. Faire l'amour verticalement, n'était-ce pas la définition de cette danse-ci?

Malicieuse, elle joue avec lui, danse autour de lui, se servant de lui comme d'un faire valoir pour les yeux étrangers. La vérité est toute autre: elle ne cherche qu'une seule chose. Intensifier la flamme qu'elle voit dans ses yeux, qu'elle devienne brasier incendiaire, qu'aucune bière ne puisse l'aider à l'éteindre, qu'elle seule devienne son remède à ce feu qui lui ronge les entrailles!

Encore une fois, elle s'échappe, faisant voltiger sa parure écarlate, s'éloignant de lui, le défiant du regard, mutine à souhait. Un doigt se fait crochet, invitation ultime alors que le vermeil s'enfonce dans un coin sombre de la taverne qu'elle crée en soufflant les bougies présentes d'un coup de vent gracieux. Les assimilait-elle afin d'être aussi chaude que son Espagne natale? Le Serbe sera-t-il brûler au deuxième voir au troisième degré? Serait-il assez envoûter pour la suivre jusqu'à ces portes des enfers? Donnera-t-il son âme à cette diablesse muette?

A lui de choisir son destin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Jeu 6 Juin 2013 - 4:26

- Oubliez c'que j'ai dit tantôt. On va la garder.

Et bien que l'humour soit net, et precis, compte tenu de la teneur des mots precedents... Farzeen est devenu extrement sombre, à la citation de ceux qu'il a surnommé en son fort interieur - et inestimable auteur - les Ordures.
Machinalement, une main s'est portée sur sa joue droite, suivant les marques presques disparues d'une balafre à la forme equivoque. Souvenir d'une rencontre agitée avec les amis du Serbe.

Il se saisit de son sac à dos, contenant les fiches qu'il a rempli precedent. Se leve, et salue les jeunes gens de l'assemblé. Dont les virvoltants flamencitos.


- Si vous voulez m'excuser, j'ai encore du travail qui m'attend. Messieurs. Madame. Bonne journée à vous.

Fuir la vivacité. Sans doute. Rester dans son univers d'ombre malencontreuses, et deformées, à l'aura deprimante. Et travailler. Occuper son esprit loin des distractions de la vie courante.

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Kosan

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 01/05/2013

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Jeu 6 Juin 2013 - 20:36

Visiblement il n'est pas très convainquant dans son rôle de serveur car la belle avance sans se soucier de son verre en terre cuite, le visage arrogant et fier qu'il aime par dessus tout, se sentant comme un spectateur et même acteur privilégié lors de leurs étreintes passionnées, quand les traits à l'allure sévère fondent sous le rougissement de ses pommettes, un soupir après une caresse, ou un halètement sourd de leurs ébats.

Perdu dans cette silhouette qui se rapproche, il ne sent même pas la bière s'échapper de ses mains, plus préoccupé par cette jambe qui serpente langoureusement contre la sienne alors que leurs visages flirtent gentiment l'un contre l'autre, dans un échange de souffles brulants, mais déjà il la sent s'échapper, filer sous ses mains qui ne demande qu'à en voir, toucher un peu plus: la robe dans un premier temps, en savourer la douceur, puis redécouvrir ce qu'elle cache des regards.

Au fur et à mesure il essaye de la suivre, accompagner ces mouvements, de manière beaucoup plus grossière et avec beaucoup moins de grâce et de volupté. Ils doivent rendre un drôle de spectacle: elle, sublime et aérienne dans sa belle robe, lui, gauche et visiblement pas très à l'aise dans ses habits militaires pour se mouvoir avec délicatesse. Mais peu importe, il n'entend que d'une oreille le médecin s'en aller et il a déjà oublié le chef de ville, une seule chose compte à présent, suivre le mouvement, attraper tendrement un morceau de tissu, caresser une surface de peau apparente, que le spectacle et la danse endiablé ne s'arrêtent pas sans un dénouement en apothéose .
Rapidement il se sent débordé, submergé par la sensualité de sa danseuse, mais rarement la ville aura connu un noyé aussi heureux, littéralement hypnotisé, ses mains bredouilles se font plus pressentes, ses yeux plus désireux et gourmands au fur et à mesure qu'elle dessine ses courbes, donne un mouvement plus charnel encore, et quand elle s'éloigne le visage gorgé de défi, il ne peut que succomber comme un marin à l'appel des sirènes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   Ven 7 Juin 2013 - 12:18

"Khodofez..."

Presque un soupir, sûrement une complainte, ainsi se parle l'iranien, le farsi.

Le Turc reste un moment à sa table, tapotant ci et là en surface pour s'occuper les mains.
On dirait un percussionniste impatient de rentrer en symphonie, il est prêt, il est là et il connait sa partition par coeur.

Puis, quand il s'aperçoit enfin qu'on ne l'avait prévu qu'au triangle, c'est le choix soudain de l'évasion.
Son dernier instrument, c'est le dos de Kosan, qu'il bat tout de même avec ménagement mais tout en mesure.


"Je crois que ça pourra attendre demain, compañero..."

Inutile d'en dire plus, la sentence est amicale et sans colère, et il s'agit simplement pour lui de les laisser à leur intimité. Peut-être enfin un marin qui ne mettra pas les voiles en la laissant seule au port, cette fois-ci...

Un dernier regard pour ce plafond rocailleux, cette luminosité aux couleurs chaudes, aux éclats de flammes, cette auberge espagnole, aux langues de Babel et aux allures de Bohème. Le corsaire maure retourne à ses Barbaresques, emportant avec lui ses trésors et ses marchandises imaginaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque le nord rencontre le sud   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque le nord rencontre le sud
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» SÉMAPHORE - CAP CORSE (CORSE DU NORD)
» (64) Relevés Nord-Béarn
» (AFRIQUE DU NORD)
» Nord 59 Archives en ligne
» Journées du patrimoine en Nord-Cotentin!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre de Canaan, version Fract :: Partie Privée :: Zone urbaine :: La Taverne-
Sauter vers: