AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elle repassera par là

Aller en bas 
AuteurMessage
Rose Noire

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 25/06/2012

MessageSujet: Elle repassera par là   Ven 20 Juil 2012 - 11:07

Orages de fin d’été.

Voilà qui sonne l’heure du départ de Maëlle. Sans l’ombre d’un doute, elle préfère ce temps-là que celui de la semaine précédente, caniculaire. Ces orages impressionnants en montagne résonnent comme un appel, elle qui est née dans les mêmes conditions et qui les a toujours adoré, elle ne s’en effraie pas, bien au contraire, chaque éclair, chaque coup de tonnerre l’électrisent, et même si parfois elle sursaute quand un coup éclate puissamment, elle en frémit de plaisir !
Et il lui tarde d’aller longer la mer roulant son écume…
De ce qu’elle a pu apercevoir, elle n’est pas seule dans ce cas. Ce qui ne fait qu’attiser encore plus son désir. Elle est dans son élément et se délecte de voir les corps évoluer dans ces conditions météorologiques…


Alors, un soir de cette lune-là, à la fin d’un repas dans la taverne qui fait aussi office de restaurant puisque l’unique cuisine de la communauté se trouve là, elle se lève et sollicite l’écoute de la petite assemblée en prenant la parole.


- S’il vous plait, votre attention quelques minutes… merci.

Voilà… j’étais venue pour un séjour parmi vous avant tout afin de retrouver des personnes que j’apprécie tout particulièrement, en rencontrer de nouvelles que je souhaitais connaître de plus près, et j’ai également eu l’excellente surprise de revoir des connaissances que je ne m’attendais pas à voir ici, ainsi que de faire de nouvelles rencontres. Je voudrais vous remercier, pour votre accueil et votre hospitalité. Hospitalité dont je n’ai pas voulu abuser, puisque je n’étais pas en état de pouvoir donner le meilleur de moi-même pour vous aider, ce dont j’ai eu le luxe de pouvoir m’abstenir en veillant à subvenir à mes besoins vitaux personnels si l’on excepte la présence d’un toit et d’une couche, sans profiter de la moindre de vos provisions puisque j’en avais les moyens en ma possession. Il n’y aura eu que la lune précédente où je vous ai aidé à la recherche de matériaux pour la construction de la communauté, lune où j’ai alors accepté d’être nourri et soigné en conséquence ; le reste du temps j’ai été chercher un peu d’eau pour pouvoir vivre et me perfectionner dans la recherche et le filtrage d’eau. Après un voyage harassant de plusieurs mois en solitaire, j’avais surtout besoin de me ressourcer un peu, au contact de personnes que j’aime. En dehors de cela, comme vous m’aurez vu le faire, j’ai simplement aidé, avec plaisir d’ailleurs, ce cher Joseph à préparer tous les repas, et je reconnais ne pas être aussi bonne que lui dans l’art culinaire ! Je n’ai même pas eu à l’aider derrière le bar, ce charmeur l’est déjà par Vivianne, et vu le nombre de clients… J’ai pu savourer le plaisir de pouvoir rester de l’autre côté du bar à siroter un rare verre d’alcool.

Je m’adresse à vous aujourd’hui car comme je l’avais prévu, je vais repartir, mais je repasserai dans quelques mois si la vie me préserve.

Mais je vous avoue que je ne sais pas encore si je pourrai à nouveau vivre durablement en communauté, je ne tiens plus en place, j’ai été trop marquée par la destruction d’Oilean Thorai et les morts qui l’ont accompagnée, et depuis mon voyage dans le Nord-Est qui a été motivé par ma tension avec le clan Survival suite à leur massacre du clan de la Gaélique, d’autres évènements funestes sont venus s’ajouter à une liste déjà bien trop longue à mon goût, et qui me font amplement douter des possibilités de survie dans ce pays dans les conditions présentes, et ce quel que soit le moyen choisi, souvent par défaut. La destruction de Santa Mierda, la perte de nouveaux amis, l’attaque de la Caravane Bleue par l’Ordre, qui n’a fait que suivre le mauvais exemple donné par le clan Survival et qui était resté impuni… m’ont beaucoup affectée. Et plus récemment, sur les grandes ondes de la radio, la tension verbale entre le néo-président autoproclamé et nos diplomates ne font que confirmer les pires craintes que j’avais déjà lors de ces derniers mois. Je n’ai dorénavant guère confiance dans la plupart des groupes Sudistes armés, et encore moins en ceux du Nord, cela va sans dire ! Et le jour où une telle bande armée débarquera en ce lieu, les quelques fortifications ou armes possédées n’y changeront rien. Sur ce point-là, je suis on ne peut plus proche d’Asafa.

Alors une suggestion de bon sens et de réalisme contemporain s’impose plus que jamais : comme le disait un poète depuis longtemps disparu, « profitez bien de l’instant présent ». Demain, il sera peut-être trop tard.

Moi, j’ai déjà entamé un tour de visite de tous les êtres que j’aime en ce monde. Tant qu’il en est encore temps.

Voilà, pour le moment.
Et maintenant, je lève mon verre à votre santé et à vos amours ! Et vous souhaite beaucoup de courage mais aussi de la joie pour les lunes à venir. C’est un beau lieu ici, certes rude, abrupt, sauvage, dépouillé, mais lumineux et apaisant. Enfin, moi j’aime tous ces aspects-là. Personnellement, je m’y suis tout de suite trouvée bien, je sais me satisfaire de très peu au niveau matériel, ce n’est pas le plus important, loin s’en faut.

Et si vous voulez me dire ou me demander quoi que ce soit, allez-y, il est encore temps. Je pense partir dans deux jours, dimanche, peu avant la nouvelle lune.


____________________
Oh ! où suis je ? au Paradis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Farzeen

avatar

Messages : 396
Date d'inscription : 21/01/2010

MessageSujet: Re: Elle repassera par là   Ven 20 Juil 2012 - 11:59

Surprise ! Ah non. Déception ! Ah non. Objections ? Bah oui, quelques unes quand même.
Venir sur place regarder les gens travailler tout en raclant des fonds de caisse peu utile avait laissé son emprunte. Se ressourcer, hein. Le fait de ne pas parasiter les réserves avait évidement arrondi les angles. Mais voir une paire de bras se perdre en efforts inutiles avait été pour le moins agaçant. Bah oui, l’efficience, ça vous gagne. Le maximum de résultat pour le minimum d’éffort.
Mais c'était un bon jour, il était bien luné. Et mangeait tranquilement la pitance. Écoutant avec diligence le discours d’adieu d’une lune pour la prochaine.


_ Avoir des fourmis dans les jambes, ça s’comprend. C’est tellement désagréable qu’une bande de fourmies délurées impose sa loi en s’invitant partout. S’en débarrasser, c’toujours sain.

Ah non, pas de double language. Enfin, un peu. P’tre aussi une référence à la fourmilière.Bah, peu importe.

_ C’la dit, c’t’une mauvaise logique. Bouger pour bouger, hein. L’mouvement perpétuel, seul, est dangereux. Sans compter l’facteur humain, ça v’dire que s’il vous arrive une crasse, type crevasse, jambe cassée ou autre, z’allez vous réveiller avec le foie dans l’bec d’un vautour. Et personne n’vous souhaite ça, surtout si vous avez des proches à visiter d’part le monde. Bouger seul, c’t’une mauvaise idée.

Ah faut croire que le Doc a pris le dessus sur le Chiffre.

_ Moi j’vous aurait conseillé d’attendre qu’les lunes aient finies d'être longues. On aura d’la visite d’la station 404, pour le deal. En camion et tout l’tremblant. D’quoi faire du stop et etre deposé pret d’une des cités du sud. Ou bien d’faire un bout d’chemin avec la Bauta. Vont monter une caravane entre l’coin de Jess, l’notre et c’ui d’Aslaug. J’suis sur qu’ils auraient rien contre d’la compagnie, voyez?

‘Fin, c’est vos affaires hein. Juste qu’vous connaissiez tout c’qui s’passe pour faire aux mieux. Vous passerez l’bonjour au Reseau R.A.G.E si vous l’croisez, d’ailleurs. J’vous en s’rait gré.

Pas vraiment agressif, un brin compassionel. Assez rustre, aussi, faut bien l’dire. Mah ça c'est Farzeen, pas vraiment la delicatesse mais l'intention suit.

____________________
Le cordonnier, toujours le plus mal chaussé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://iskenderia.discutforum.com
Aslan Öztürk
L'Superviseur
avatar

Messages : 651
Date d'inscription : 25/04/2012

MessageSujet: Re: Elle repassera par là   Ven 3 Aoû 2012 - 15:01

Le turc écouta Maëlle avec attention, les deux mains sur la table, les doigts entremêlés.
Il l'aurait bien coupé, mais se retint.
Quand Maëlle et Anton eurent enfin terminés, il se leva à son tour, verre à la main, et prit la parole.
Il était plutôt souriant et tournait la tête régulièrement vers chacun, comme pour s'adresser à tous.

"Allons, Maëlle, ne soyons pas si mélancoliques et fatalistes. La mort peut survenir n'importe où et n'importe quand. Y songer en permanence, c'est s'gâcher la vie.

Les armes qui sont ici, et les défenses qui y sont prévues, sont pas destinées à la HSC ou à l'UPB, comprenez ? Elles sont destinées aux charognards... Comme l'Ordre par exemple... Les mecs en manque de d'venir, tout ça, aha...

Et ce... Dagan... N'est pas particulièrement en froid avec nous. Vient juste nous taquiner, et on est des clients faciles pour ça. Rien d'grave par rapport à d'habitude, vous vous méprenez, vous vous en faites trop.

Et entre nous, voyez, en ce moment, j'préfère être ici, plutôt que de trainer près de New-Vegas.
Bref... Tout ceci n'a pas d'importance. La peur est un obstacle à tout et nous avons déjà assez passé notre temps à fuir. Et ça ne nous a jamais rien apporté.

Je regrette simplement de n'pas avoir réussi à vous convaincre ou que vous n'en ayez pas été persuadée vous-même...

Mesdames...
Mesdemoiselles...
Messieurs...

Levons notre verre à Maëlle.
Que la paix et la chance accompagnent ses pas, en espérant, peut-être, qu'elle nous revienne un jour si elle n'a pas trouvé bonheur ailleurs. C'est tout le mal que l'on lui souhaite
."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Rose Noire

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 25/06/2012

MessageSujet: Re: Elle repassera par là   Ven 3 Aoû 2012 - 22:25

Une fois qu’Aslan puis Farzeen lui ont parlé, ils lèvent leur verre et boivent quelques gorgées. Puis elle reprend la parole, mais en parlant cette fois-ci plus directement à ces deux interlocuteurs, qui sont suffisamment près d’elle à la table pour que cela puisse se faire assez aisément. Parfois, pendant ses propos d’abord adressés à Aslan, elle regarde aussi Farzeen, lorsque ce qu’elle dit répond aussi à ses paroles.

- Aslan, Farzeen, permettez-moi de vous répondre en précisant mes pensées.

Aslan, je ne pense pas à la mort en permanence, heureusement, et ce que tu dis est juste : il ne sert à rien de se pourrir la vie à y penser plus que de mesure. En fait, je n’ai simplement pas oublié ce que j’ai vécu avant la Bombe, et aujourd’hui il est beaucoup plus facile de mourir n’importe où n’importe quand que lors de cet « avant » tel que je l’ai connu. Ce n’est pas être fataliste, c’est être réaliste que de le constater et de le reconnaître. Raison de plus pour ne pas vouloir se morfondre et faire ce qu’il faut pour pouvoir apprécier à sa juste valeur chaque instant de la vie, avec des personnes que l’on aime, et ce avant qu’il ne soit trop tard, voilà plutôt ce que je voulais dire.

Ah, le clan Survival ne faisait pas partie de la HSC ? A ce que j’en ai su, si. Ils n’avaient rien à envier aux charognards non plus, me semble-t-il… S’ils existaient encore et venaient ici, crois-tu qu’on serait assez forts pour les empêcher d’entrer ? Ainsi que l’Ordre… Mais ils ne viendraient pas, on n’a pas ce qui les a intéressé avant tout.

Et une fois encore, tout n’est pas si simple, bien sûr.

L’Ordre, par exemple. Il ne fut pas toujours ce qu’il est devenu, et je pense même que certaines personnes en faisant partie ont pu être manipulées ou mises devant des obligations de groupe qu’elles n’auraient pas dû accepter, c’est certain.
Lorsque j’étais la compagne de Stark, je puis t’assurer que son comportement était pour ainsi dire exemplaire, et c’est parce que dès le début de notre relation, nous avons eu une discussion serrée, que cela a été en partie le cas et ce pendant plus d’une année… A l’époque, il avait fait de très notables efforts et a été très apprécié à Oilean Thorai par les nouveaux arrivants entre autres, et cela a duré plus d’une année. C’est la guerre qui a dégénéré et lui a fait péter les plombs, ce qui a entraîné ma rupture avant même que cela n’aille trop loin, ce qui n’a sans doute pas arrangé son cas, laissant à nouveau le guerrier exprimer trop librement sa sauvagerie. Mais je n’avais absolument pas envie de jouer ce rôle-là ou d’en être la triste et impuissante spectatrice, et encore moins la complice.

Je pense aussi par exemple à Gouache, une amie qui fait partie de l’Ordre et qui n’avait rien d’une tueuse… et qui, telle que je l’ai connue, n’a pas dû pleinement approuver ce genre d’acte, loin s’en faut.

Mais comme je l’ai dit, s’ils ont agi comme ils l’ont fait face à la Caravane bleue, c’est en bonne partie parce que les crimes du clan Survival sont restés impunis, il ne faut pas se voiler la face. Attention, cela n’excuse en rien leurs actes ! Mais cela les explique en partie… Le mauvais exemple donné par le Survival et le fait de les avoir laissé s’en tirer aussi aisément furent des plus néfastes ! A la guerre comme à la guerre, comme on dit, et tout devient alors permis, ce qui est une profonde erreur. Car sans une solidarité à toute épreuve dans un même camp ou pour le moins unis face à un même adversaire, toute résistance s’avèrera vaine si cet ennemi est conséquent, plus organisé, et ne s’encombre pas, lui, d’une volonté plus ou moins humaniste. Ce ne serait plus qu’une question de temps.

Et les mecs en manque de devenir, ils sont potentiellement partout, et ce d’autant plus dans ces groupes possédant une certaine puissance de feu.

Dagan. Comme s’il avait besoin d’être en froid avec nous. Il nous met la pression par radio publique interposée. En attendant plus, si l’occasion se présente ? Il nous a taquinés oui, et tu l’as taquiné en retour. Si jamais un jour ils passent dans les parages, on verra si lui et ses acolytes ont le même sens de l’humour que toi. Il ne semble pas être parmi les pires de leur bande, c’est vrai.
J’espère juste que leur humour n’est pas à sens unique… et qu’il ne se manifestera pas trop vite et trop affectueusement à coups de batte cloutée.
J’espère qu’ils se montreront plus malins que cela. Ce qui reste à prouver.
L’avenir nous le dira sûrement, tôt ou tard, je le crains, oui.
A moins qu’un miracle ne les arrête avant. Mais comme je suis agnostique…


Elle est un peu songeuse, et se remet à répondre, non sans placer quelques anecdotes confidentes qui doivent lui peser…

- Je voudrais d’abord revoir ma fille adoptive, à qui il est arrivé bien des déboires depuis la destruction d’Oilean Thorai.

Et ensuite, je voudrais rendre l’arme à feu qui est en ma possession à celui qui me l’a passé ; ou, s’il n’en veut pas et me la donne, la commercer là-bas contre d’autres possessions plus directement et pacifiquement utiles à la survie.

Sur ce dernier point, cela ne sera pas qu’une partie de plaisir car il me faudra sans doute aller le rencontrer dans la ville souterraine de New Vegas, où il est actuellement.
Oh, ce ne sont pas tant les mauvaises rencontres que je pourrais faire dans ces souterrains qui m’angoissent, même si je n’y traînerai pas longtemps c’est sûr, mais ce sont les souterrains eux-mêmes… et pourtant il paraît qu’ils sont assez larges voire par endroits vastes. J’en ai d’ailleurs déjà vu une petite partie il y a deux ans et demi de cela. Quelques lunes après ma sortie des profondeurs souterraines où j’étais terrée, j’étais entrée dans ce souterrain par l’ouverture centrale du pays, celle qui donne presque directement à New Vegas, où je me suis rendue pour y faire un court séjour. J’y ai été bien accueillie et on m’a invité à demeurer là autant que je le voulais, mais n’y suis resté qu’une seule lune, étant incapable de faire plus car traumatisée par mon séjour forcé dans les souterrains étroits et obscurs dont je venais à peine de sortir, après une ou deux années d’enfermement, je ne sais plus… Avec de telles durées, on ne voit plus le temps passer, sans repère de jour ou de nuit, ou d’heure qui s’écoule quand la pile de la montre est morte...
Un traumatisme qui dure toujours et dont je ne me débarrasserai peut-être jamais ; une phobie, on ne la maîtrise hélas pas d’un claquement de doigt, et il y a souvent de nos jours d’autres priorités.
Depuis, j’ai été à plusieurs reprises dans la situation de refuser un voyage là-bas, soit pour y accompagner des amis, soit pour y faire des rencontres et répondre à des invitations, et ce même quand j’étais à proximité, à Santa Mierda. Et l’on espère encore m’y voir débarquer… Si j’y passe, je n’y resterai sûrement pas.
Voilà qui explique un peu mieux mon refus de suivre Asafa, Aslan, Farzeen, voire d’autres qui se seront aventurés dans les bas-fonds d’Iskenderia ces lunes-ci : vous n’êtes pas les premiers à qui je le refuse et vous ne serez pas les derniers.
Pour autant, je ne m’en tire pas trop mal, quand on voit tous ces pauvres bougres devenus cinglés et qui errent dans le pays, rendus fous par un trop grand nombre de traumatismes les plus divers. Bienheureux ceux et celles qui s’en tirent encore mieux que moi jusqu’à présent, sans diverses séquelles, ils sont rares !…

Telle qu’elle est devenue, cette vie a encore plus vite fait de vous rendre taré(e).

Les égarés… J’en ai vu, des égarés. Surtout dans le Nord. Puis en fin de mon voyage, dans le Sud aussi. J’avais beau les contacter, je n’ai pratiquement jamais eu de réponse. A part deux d’entre eux en fait, dont un qui est venu jusqu’à moi pour me demander des provisions, avant de filer sans plus mot dire une fois qu’il avait eu satisfaction. J’avais gardé son contact radio, au cas où, mais son signal radio a disparu au bout de quelques lunes, malgré mes conseils de destination possible, qu’il n’a peut-être pas suivi.
Et j’ai vu bien plus de cadavres encore… C’est même le nombre très important de ces derniers qui m’a sauvé quand par instinct de survie, et parce qu’il ne me restait déjà presque plus que cela à faire pour espérer m’en tirer vivante jusqu’à vous rejoindre directement, j’ai commencé à fouiller méthodiquement leurs sacs et leurs alentours.
Au début, comme je n’avais presque pas de provisions, j’ai été obligée de voler un errant. Pendant son sommeil. Je l’ai suivi et contacté pendant plusieurs jours… Rien. Alors, comme il ne répondait pas… Pour traverser le fleuve juste avant son dégel, je n’avais pu emporter que peu de provisions, pour pouvoir marcher à pied et avancer au plus vite, ce dont je me suis abstenu plus tard en permanence, étant ensuite trop chargée pour ce faire. Ce vol m’a d’emblée été salutaire, me permettant de prendre le temps de fouiller tous les cadavres en avançant dans des marches forcées à chameau pour parcourir le plus de chemin possible, et me préservant une marge de sécurité qui me permettrait de rejoindre éventuellement New Vegas ou Station 404, si cela tournait trop mal.
Cet acte-là est le seul répréhensible dont je me sois rendue coupable pendant ce voyage. Nous sommes restés en vue l’un de l’autre plusieurs jours et il a repris son chemin, imperturbable, sans rien dire. Il m’aurait répondu, ou contacté après le vol, je lui aurais tout rendu, nous aurions pu faire équipe… Après ce vol, je n’ai plus osé le contacter, j’espérais qu’il le fasse enfin, je lui avais déjà envoyé plusieurs messages. A quoi cela tient, hein…


Pas à l’aise, elle chasse ces pensées… Et elle se surprend à regarder l’intérieur de la taverne, et sa décoration… pittoresque. Elle adresse alors un regard bienveillant et un sourire amusé envers le jeune militaire.

- La peur, la fuite ? Depuis ma sortie, je n’ai vraiment fui que deux fois. Une fois après l’incendie d’Oilean Thorai, par obligation, puisque la communauté n’existait plus ; l’autre fois, devant le risque de croiser le clan Survival, pour la simple et bonne raison que s’ils m’avaient croisé, je craignais pour ma vie comme pour la vôtre si j’étais resté en votre compagnie. Ce risque n’était pas négligeable et n’était pas à négliger.
Aujourd’hui, si je repars, ce n’est pas par peur, les raisons sont autres, comme je viens de les dire.
Et j’ai l’intention de revenir. Qui sait, peut-être même ne reviendrai-je pas seule.

Il n’est pas non plus impossible que je vive quelque temps de manière nomade ; je verrai, selon d’éventuelles opportunités. Et je serais pour ne pas être seule aussi, oui, c’est vrai. Mais l’avantage pour le moment est que j’ai une monture, qu’ainsi je peux aller plus vite et être un peu plus en sécurité. C’est provisoire et j’aviserai prochainement.


Elle regarde ensuite Farzeen.

- Merci pour ces informations au sujet de diverses activités à venir entre Iskenderia et d’autres communautés, elles m’intéressent et je pourrais me proposer pour ce genre de voyage lorsque je reviendrai, elles me conviendraient très bien et on pourra compter sur moi pour cela.
Pour le réseau Rage, c’est entendu, si je les croise je n’y manquerai pas.
Pour partir, je préfère ne pas attendre, l’automne sera bien pour voyager. Je vais filtrer un peu d’eau dans les montagnes dans les premiers jours du voyage, et après j’avancerai au plus vite. Plus tard si besoin est, j’échangerai un peu de nourriture contre des plantes médicinales.

Lorsque j’aurai fait le tour de mes êtres chers, vous me verrez repasser le seuil de la communauté.


____________________
Oh ! où suis je ? au Paradis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Elle repassera par là   

Revenir en haut Aller en bas
 
Elle repassera par là
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» elle est belle la montagne
» Les OGM, une seconde Révolution Verte. Sera-t-elle aussi meurtrière ?
» Elle dort assise !!
» Elle me boude !
» film "Elle s'appelle Sabine"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre de Canaan, version Fract :: Partie Privée :: Zone urbaine :: La Taverne-
Sauter vers: